Ouvrir la navigation secondaire

Ce billet a plus de deux ans. S'il contient des informations techniques elles sont peut être obsolètes.

Précédent Le piège du JavaScript
Suivant Professional front-end engineering explained

Haro sur le raccourcissement d'URL

On pourrait penser que la tendance générale est à l'allongement : increase your size for free :) Mais non, pas pour les URLs que tout le monde à l'air de préférer tiny.

Inventées il y a longtemps pour palier aux faiblesses des clients mail mal codés, les toutes petites URLs ont le vent en poupe grâce au format SMS ainsi qu'à Twitter et consorts. Pourtant leurs avantages ne sont pas si évidents et elles posent même peut-être davantage de problèmes qu'elles ne rendent service. C'est tout l'objet du billet on url shorteners, le buzz inutile de la semaine qui fait souffler un agréable vent de... polémique.

Rapidement donc, listons les inconvénients :

  • les services de raccourcissement d'URLs ajoutent une couche au système DNS (lookups supplémentaires, davantage de hits serveurs...)
  • ils rendent les liens opaques (problème de sécurité...)
  • ils posent un problème d'utilisabilité (on ne sait pas où on va)
  • dans le cas de l'utilisation d'un prestataire tiers, on a aucune garantie ni sur la pérennité (crash de base de donnée, fermeture du service...), ni sur le fait que leur destination restera inchangée

Bon en vérité je ne comprend pas bien l'intérêt de raccourcir des URLs.

Un service comme Twitter devrait laisser les gens saisir des URLs de n'importe quelle taille. Leur seule contrainte doit être le fait qu'ils permettent de laisser des Tweets par SMS ? En plus ça fait maintenant quelques années que la tendance est aux URLs canoniques notamment en matière de SEO. Je me demande comment les moteurs de recherche dealent avec les URLs raccourcies. Franchement http://adresse-bidon.com/pourquoi-des-urls-toutes-petites c'est vachement plus parlant et facile à retenir que http://u.rl/14xmYQB, non ?

Bon, toujours est-il que la tendance est au développement interne ou personnel de ces outils dont la seule raison d'être semble résider dans le format requis pour publier sur Twitter. Certains se prennent même la tête sur des services d'Auto-Discovery.

Il existe bien des scripts greasemonkey pour lookuper d'avance ces tinyurls, mais pour ça il faut les consulter dans un navigateur web.

#1

Greg

06.04.09 21:52

Il me semble que ce sont les logiciels clients qui raccourcissent automatiquement les URLs pour eviter de depasser les 140 caracteres et pas l'API twitter. Dans twidge tu peux par exemple desactiver ce comportement avec l'option 'shortenurls = no' dans la section [DEFAULT].

Tout comme le @ ou le RT qui sont finalement interpretes par le client. On pourrait imaginer enrichir la syntaxe des messages. Rien de tres original quand on voit que chaque mode de communication comporte ses idiomes (/me sur irc, ou le *bold* par exemple).

#2

Marco

06.04.09 23:39

@Greg ouais dans le cas de twidge, c'est lui qui raccourcit par défaut mais globalement j'aime pas trop les toutes petites URLs, ça craint trop :D

#3

Frank Taillandier

10.04.09 17:31

C'est vrai que c'est chiant de pas savoir vers où ça pointe, pour remédier à ça t'as des clients Twitter comme Spaz qui te décodent les URLs raccourcies
http://funkatron.com/spaz